BREVE

Le Cameroun convoque une réunion d’urgence avec le Nigeria après une série d’attentats sur son sol.

Le Cameroun soupçonne que les attaques qui se multiplient dans la région de l’Extrême-Nord, dont une encore mercredi, sont menées par des adeptes de Boko Haram dissimulés parmi les réfugiés nigérians. Aussi une réunion d’urgence avec des autorités militaires et administratives du Nigeria a-t-elle eu lieu lundi à Kolofata, à la frontière entre les deux pays, pour accélérer le retour des réfugiés.

Le dernier drame en date s’est produit mercredi vers 17h30 heure locale (16h30 GMT) quand une jeune femme kamikaze s’est fait exploser sur un marché de Kolofata au milieu de la foule, tuant au moins cinq civils. Une autre kamikaze n’a pu actionner sa bombe, ayant été abattue par l’armée, a-t-on appris de sources concordantes.

Ces attentats viennent alourdir encore plus le décompte établi auparavant par le gouverneur de la région de l’Extrême-Nord, Midjiyawa Bakari, évoquant “près de 15 attaques kamikazes” dans le département de Mayo-Sava, particulièrement à Kolofata et Mora depuis le début du mois de ramadan.

Ces attaques, non revendiquées, sont attribuées à la secte islamiste nigériane Boko Haram, qui sévit aussi au Cameroun depuis 2014. La plus meurtrière avait fait 11 morts et 30 blessés début juin à Kolofata, selon le bilan officiel.

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :