ECONOMIE

60 milliards d’investissements promis à l’Afrique par la chine

L’annonce a été faite hier par le président chinois lui-même, au cours de la cérémonie d’ouverture du sommet sur la coopération chine-Afrique.

Le mot est lâché. Les 54 délégations Africaines qui assistent au forum sur la coopération entre l’Afrique et la chine exultent, malgré les exigences diplomatiques. L’annonce tant attendue vient d’être faite de la bouche la plus autorisée. L’ouverture de ces 3èmes assises ce 03 septembre 2018 à Pékin vient de franchir un pas nouveau, avec cette annonce en grande pompe du président Xi Jinping. La chine s’engage à nouveau à continuer d’investir  en Afrique. La coopération sino-africaine est ainsi consacrée, pour le grand bien des peuples africains. Le quart des fonds annoncés pour 3 ans, soit 15 des 60 milliards de dollars, sera constitué d’aides sans contrepartie et de prêts sans intérêts. La Chine veut continuer à investir massivement en Afrique, notamment dans le cadre des nouvelles routes de la soie, son grand projet diplomatico-économique. La Chine est aujourd’hui, en effet, le premier partenaire commercial du continent.

Réactions

Comme on pouvait bien s’y attendre,  les dirigeants africains ont pour la plupart émis des avis de pleine satisfaction pour ce geste de la chine en leur faveur. Le président sud-africain, Cyril Ramaphosa,  tout en félicitant l’apport chinois a eu une dent dure vis-à-vis de la presse occidentale, qui intentionnellement étiquette les projets chinois de «  néocolonialisme ». De même, Paul Kagame, le président rwandais par ailleurs président en exercice de l’Union Africaine, a renvoyé la balle dans le camp des pays occidentaux qui critiquent les investissements chinois, en déclarant : « Une autre facette de la question, c’est que ceux qui critiquent la Chine sur la dette donnent trop peu ». Apportant une réponse en des termes voilés à ce qui peut s’apparenter comme les inquiétudes occidentales, le président Chinois Xi Jinping: a affirmé que «La Chine ne s’immisce pas dans les affaires intérieures de l’Afrique et ne lui impose pas sa volonté  »

La question du surendettement

Autre critique formulée à l’égard des pays Africains, le surendettement. De nombreux pays en Africains ploient en effet sous le fardeau de la dette qui plombe leur économie. Logiquement, il y a un risque de continuer à leur faire confiance. Mais la chine apporte une fois de plus une part de solution à cette inquiétude, le président chinois a aussi promis que la dette de certains pays, les moins avancés, les plus en difficulté, serait en partie annulée. C’est vrai a-t-il reconnu à mots voilés que certains projets sont entachés d’erreurs, notamment sur la rentabilité, raison pour laquelle on va davantage  insister sur la nécessité de s’assurer de la rentabilité commerciale de tous les projets.  , autrement dit éviter certains projets inutiles, ceux qui servent surtout à faire tourner les entreprises chinoises.

ESA

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :