Camrail : L’Etat du Cameroun veut s’impliquer davantage

Les résultats de l’enquête ordonnée après le déraillement du train à Eséka, ont été publiés le 23 mai. Le rapport accable Camrail et préconise des changements profonds.

Le suivi des victimes de l’accident d’Eséka et la gestion des passagers, constituent l’essentiel des conclusions de l’enquête. L’entreprise Camrail est de manière générale responsable à titre principal de l’accident ferroviaire.

L’entreprise en charge du transport ferroviaire des passagers et des marchandises au Cameroun, est coupable de plusieurs manquements. Jamais Camrail n’a été aussi impopulaire depuis le 1er avril 1999. Depuis cette date l’entreprise exploite le réseau ferroviaire camerounais, à la faveur du contrat de concession qui la lie au Cameroun.

La sécurité et le bien être des voyageurs au cœur des préoccupations gouvernementales

L’excès de vitesse est l’une des causes premières du déraillement, de l’avis des experts. Le train 152 en partance de Yaoundé pour la ville de Douala était lancé à une vitesse de 96 km/h au moment de l’accident. Bien loin des 40 km/h requis !  la surcharge inappropriée du convoi et le rallongement de la rame sont aussi évoqués parmi les causes du drame du 21 octobre 1996. Le document final de l’enquête souligne également le mauvais état des freins. Toutes ces défaillances ont d’ailleurs été exposées par le conducteur avant le départ du train 152, aux responsables de Camrail. 79 voyageurs ont trouvé la mort tandis que plus de six cents blessés ont été enregistrés, du fait des défaillances susévoquées.

Les mesures et solutions proposées par le rapport de la commission d’enquête sont de nature à revoir le mode de gestion de camrail. L’ouverture de la discussion sur une plus grande présence de l’Etat camerounais au sein de Camrail est de ce fait préconisée. C’est dans cette optique que la création d’une société en charge de la gestion du patrimoine ferroviaire est envisagée. Elle devra se charger des extension et modernisation de la voie ferrée. Des sanctions sont en outre proposées contre les responsables de Camrail mis en cause dans l’accident ferroviaire.

Au-delà des torts attribués à Camrail et du possible renforcement de la présence camerounaise au sein de l’entreprise, les victimes et leurs ayant droit font l’objet d’une grande attention. Ils seront indemnisés à hauteur d’un milliard de Cfa. Un monument va même être érigé à leur mémoire dans la ville d’Eséka.

                                                                                                                                              ONE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :