- SOCIETE

Afrique subsaharienne : améliorer l’accès aux médicaments de qualité

25 pays de l’Afrique subsaharienne viennent de s’engager à adopter toutes les mesures en vue de lutter efficacement contre les médicaments de la rue

Réunis à Genève en suisse où se déroulent les assises de l’assemblée mondiale de la santé, consacrées cette année à l’accès aux médicaments de qualité, 25 représentants des pays de l’Afrique subsaharienne ont pris la ferme résolution de mettre à la disposition des populations, des médicaments de qualité, et ainsi, de mener une bataille sans merci contre les médicaments vendus dans la rue, leurs réseaux de fabrication et de  distribution. Présidant ladite réunion, le Président Béninois patrice Talon a martelé qu’ il était absolument nécessaire, « coûte que coûte de trouver des voies et moyens pour un meilleur accès aux médicaments et aux produits médicaux de qualité dans les pays en développement, notamment Africains est désormais une urgence, car malgré les mesures conventionnelles internationales, le fléau du faux médicament continue de faire des ravages ». Ce phénomène du faux médicament focalise les attentions des institutions mondiales en charge de la santé et des Etats, qui publient des chiffres alarmants sur les ce phénomène.

Des milliers de décès

Cette circulation gracieuse des médicaments et l’accueil qui lui est  offert dans les pays subsahariens ont pourtant pour point de départ les pays occidentaux, la chine et l’inde  qui  offrent des produits au rabais. Mais la conséquence est grave sur le sol Africain, qui selon l’OMS, “Au moins 100.000 personnes” meurent chaque année en Afrique à cause de faux médicaments.  En 2013 par exemple, 122.000 enfants de moins de cinq ans sont décédés en Afrique subsaharienne après avoir pris des antipaludéens contrefaits. Le trafic de ces médicaments sur le sol prospère du manque de réglementation répressive à propos. Il est considéré malheureusement comme un simple délit de violation de la propriété intellectuelle. En 2017, les services de police internationale affirment avoir saisi 420 tonnes de produits médicaux de contrebande en Afrique de l’Ouest.

 27 laboratoires clandestins démantelés en 2016.

Face à ce “drame universel”,  les gouvernements de l’Afrique préparent des ripostes proportionnelles. Plusieurs stratégies sont mises en branle. Il s’agit des options individuelles à chaque Etat, mais plus haut, des mesures communes de contrôle des points de production et d’approvisionnement. Une mobilisation internationale est nécessaire. Certains grands groupes mondiaux de production des médicaments, affirment avoir démantelé 27 laboratoires clandestins, dont 22 en Chine, en Indonésie, en Ukraine et en Pologne.

serge effa

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :