- ECONOMIE

BID : Booster l’Agriculture camerounaise

La banque islamique de développement s’apprête à débloquer une somme de  34,6 milliards FCFA, dans l’optique de soutenir  l’agriculture Camerounaise, dans la région du Sud- Ouest

Selon une communication officielle émanant des services du ministre de l’Economie (MINEPAT), le ministre, Alamine Ousmane Mey, informe qu’il a signé, le 15 août dernier, trois accords de financement sur le développement agricole avec Sayed Aqa, vice-président chargé de l’administration de la Banque islamique de développement (BID).

Les termes des  accords

Par ces accords, la BID accorde au Cameroun un financement à hauteur de 53,71 millions de dollars US, soit environ 34,68 milliards FCFA, destiné à la mise en œuvre du projet d’infrastructures agricoles et de développement des chaînes de valeur dans la région du Sud-ouest du pays.

Le projet

Ce projet, selon le gouvernement Camerounais «  vise à renforcer le pays dans son rôle de puissance agricole de la sous- région. Cette Vision fait du secteur rural le moteur de l’économie nationale, assurant la sécurité alimentaire des populations dans un souci de développement durable, respectueux de l’environnement. La conception du projet repose sur les orientations du Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE) dont les trois piliers sont : la croissance, l’emploi et  la gouvernance et la gestion stratégique de l’Etat.

Ce projet s’inscrit en droite ligne  de la stratégie du secteur de l’agriculture, définie dans le Document de stratégie pour la croissance et l’emploi (DSCE) du gouvernement, pour la période 2010-2020. L’objectif recherché est de booster le secteur agricole et lui donner la possibilité de jouer pleinement sa partition dans le développent global du Cameroun, tout en permettant aux petits agriculteurs et aux prestataires agricoles d’en trier profit.

 Les fonds de la BID vont également servir à faciliter l’accès aux services sociaux publics de base (eau, assainissement, éducation et santé), mais aussi promouvoir la création d’entreprises et institutions rurales intervenant dans la chaîne de valeur des cultures. Un aspect qui concerne  spécialement  la jeunesse demanderesse d’emplois.

ESA

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :