ECONOMIE

Cameroun : Chute des exportations de banane

La chute des exportations de banane de plus de 27 000 tonnes au premier semestre 2018, est la conséquence de la baisse de régime de la Cameroon development corporation(CDC), deuxième exportateur de banane au Cameroun.

Selon les statistiques rendues publiques au terme des 06 premiers mois de l’année 2018 par l’Association bananière du Cameroun (Assobacam),  Les producteurs de bananes en activité au Cameroun ont exporté une cargaison globale de 113 600 tonnes en  juin 2018. Ce qui représente une nette diminution, Comparées aux 140 930 tonnes exportées au cours de la même période en 2017.  La chute est exponentielle,  plus de 27 000 tonnes.

La cdc en cause

Cette contreperformance est principalement due au fait que la principale agro-industrie du pays, la CDC (Cameroon Development Corporation), le numéro 2 du marché de la banane au Cameroun broie du noir depuis un an. En effet, au cours des six derniers mois, cette entreprise a vu ses exportations baisser à 29 600 tonnes seulement, contre 50 563 tonnes en 2017, une baisse de près de 21 000 tonnes. A l’analyse, cette contreperformance continue (ses exportations avaient déjà chuté de 19 000 tonnes au premier trimestre 2018). de la CDC, est consécutive au ralentissement de ses activités, à cause des violences imposées par les sécessionnistes anglophones aux populations de la région du Sud-ouest du pays, dans laquelle sont situées les plantations d’hévéa et de bananes de cette entreprise publique.

Crise du secteur

 Au demeurant, la CDC n’est pas le seul producteur de bananes à avoir vu ses exportations dégringoler au premier semestre 2018. Les statistiques de l’Assobacam révèlent également que les exportations de la société des Plantations du Haut Penja (PHP), le leader du marché, sont également en baisse. En effet, cette filiale de la Compagnie fruitière de Marseille n’a pu exporter que 78 000 tonnes de bananes à fin juin 2018, contre 84 167 tonnes au premier semestre 2017, en baisse d’un peu plus de 6 000 tonnes ; soit l’équivalent des quantités exportées sur les six premiers mois de l’année par Boh Plantations, un autre producteur camerounais.

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :