POLITIQUE

CAMEROUN . LA SURPRISE DU CHEF

Le 4 janvier dernier, Paul Biya réaménageait son gouvernement. Un gouvernement avec de nouveaux venus, de promus et de maintenus.

Vendredi dernier, le générique du poste national retentissait et le journaliste annonçait le changement de premier ministre. Une nouvelle, aussi inattendue qu’évidente. Evidente parce que le départ de Philemon Yang était attendu. Lui qui a battu le record la longévité à la primature. Même si l’on n’attendait pas Joseph Ngute, la nomination d’un anglophone à ce poste est non seulement dans la logique du président mais aussi, opportune et stratégique vu ce qui se passe au Nord-ouest et sud-ouest. Une façon peut-être pour Paul Biya de réitérer sa demande aux sécessionnistes de baisser les armes. Lui qui leur a demandé de le faire le 31 décembre dernier dans son discours de fin d’année. Ce discours dans lequel il interpelle les camerounais sur le septennat qui commence. Un septennat qui devrait être décisif pour le Cameroun, un septennat qui pourrait même être l’un des moments les plus importants de  l’histoire du Cameroun depuis son indépendance.

Pour l’accompagner dans ce septennat de Grandes opportunités qui pourrait être historique, Paul Biya a promu deux ministres au rang de ministre d’Etat, Jacques Fame Ndongo et Ferdinand Ngoh Ngoh ministre de l’enseignement Supérieur et ministre Secrétaire General à la présidence respectivement. Pendant ce temps, Bindoung Mkpatt et Narcisse Mouelle Kombi se permute de poste. Issa Tchiroma quant à lui laisse son poste à Réné Emmanuel Sadi pour rejoindre le ministère de l’Emploi et de la formation professionnelle. Laurent Serge Etoundi Ngoa fait ses valises pour le ministère de l’Education de Base cédant son siège à Bassilekin III Achille et Henri Eyebe Ayissi se voit muté au ministère des Domaines, du Cadastre et des Affaires Foncières remplacé par Mabairobe Gabriel.

En plus de ceux du ministère de l’Education de Base et du ministère des Domaines du Cadastre et des Affaires Foncières, il y a d’autres nouveaux visages dans le gouvernement. Très fièrement, Courtes née Keutcha Celestine rejoint le ministère de l’Habitat et du Développement Urbain. Talba Mala prend les rênes du ministère des Marchés Publics, Wakata Bolivine devient Ministre Délégué à la présidence de la République, chargé des relations avec les assemblées, Mbairobé Gabriel, ministre de l’Agriculture et du Développement Rural, Jean De Dieu Momo ministre délégué auprès du ministre de la Justice, garde des Sceaux, Zacharyaou Njoya ministre délégué auprès du ministre des Transports, Paul Goghomou Mingo et Ndong Soumhet ministres chargé des missions à la présidence de la République, Kilo Viviane Acherie Secrétaire d’Etat auprès du ministre de l’Education de base le cadet du gouvernement, Malachie Manaouda, ministre de la Santé publique.

Le nouveau gouvernement vient éteindre la fumée de rumeur sur le départ de certains qui semblait s’échapper d’Etoudi. Le président a maintenu certains, gradés d’autres. Etant le seul à connaitre ses raisons, Paul Biya tient à relever le défi de l’émergence. Pour ça, il a sans doute nommé certains pour leur forces et d’autres pour leur expérience parce que pour mener le bateau qu’est le Cameroun vers l’émergence, il faut non seulement être fort pour tenir les voiles et sortir de l’orage de la pauvreté, du chômage, de l’accès à l’eau potable et à l’électricité, mais aussi, il faut de l’expérience pour en sortir indemne.

Fadel Mohamed

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :