CAN 2016 : défis et enjeux de l’organisation pour le Cameroun

jeu-concour-1-le-republicain

Ça y est, ce n’est plus un secret de polichinelle. On le sait d’ores et déjà que, depuis quelque temps, le Cameroun s’est résolument engagé dans la mouvance des préparatifs en prélude à l’organisation de la prochaine Coupe d’Afrique des nations de football féminine (CAN 2016), compétition qu’elle abritera sur son terroir à partir de Novembre prochain. Pour ce, les petits plats ont été mis dans les grands par les responsables du pays hôte dans l’objectif d’assurer et de garantir dans les délais la bonne tenue ainsi que la bonne marche de l’événement. A l’image d’un tournoi d’envergure continentale qui mettra en jeu 08 équipes représentant 08 pays, cette compétition, à n’en point douter, représente un grand défi pour le Cameroun mais aussi et surtout elle s’accompagne de multiples enjeux.

Après que mandat d’organisation lui ait été attribué par la commission de la confédération Africaine de football en charge de la question, le Cameroun s’est plongé dans d’importants réaménagements d’ordre structurel, infrastructurel, sécuritaire, communicationnel et même logistique. Au premier abord, il a été question avant tout de garantir un dispositif infrastructurel adéquat, notamment la construction de stades modernes pouvant abriter la compétition. C’est donc à ce titre que certaines villes du Cameroun ont vu émerger de leur terroir des stades de football modernes à l’instar de la ville de Limbe (retenue parmi les villes abritant la compétition). Par ailleurs, certaines villes ont vu leurs stades simplement réaménagés (Yaoundé, Douala…). Il importe également de mentionner qu’un accent est en même temps mis sur le développement des infrastructures routières afin de faciliter les voix d’accès aux stades. Dans le chapitre communicationnel, les médias locaux et internationaux ne sont pas restés en marge car ils apportent une pierre à l’édifice à travers la vulgarisation des informations y relatives, la sensibilisation des masses sur la teneur de l’événement. En outre, le comité local d’organisation a déjà pris le soin de mettre à la disposition du public le logo, la mascotte (baptisée LILI) et l’hymne de la CAN 2016.

mascotte-can-2016

Oui pour le pari de l’organisation, mais pour quels enjeux ?

La CAN est un grand événement qui, au delà de l’enjeu sportif principal, dégage aussi plusieurs enjeux politique, économique, social et culturel. Sur le plan sportif, il n’est de secret pour personne que le Cameroun est un pays du football dont la renommée en la matière a depuis des lustres traversé le cadre de ses frontières. Il s’agira donc avant tout pour les Lionnes indomptables de redorer le blason en perte de vitesse de l’équipe nationale, afin de rasseoir leur légitimité en la matière. Dans le registre économique, c’est une bonne opportunité d’affaires aux retombées économiques importantes qui se dégage en filigrane de cette compétition. Pensons en particulier aux compagnies de transport, d’hôtellerie et de restauration locale, qui se feront le grand plaisir d’accueillir sur leur terroir : joueuses, visiteurs et professionnels du sport. Pour terminer avec la dimension sociale et culturelle du tournoi, il affiche pour grande ambition de rassembler autour des valeurs positives du sport, les composantes et les différentes couches de la population camerounaise dans le dessein de consolider les liens de solidarité qui les unissent. Il est par ailleurs question de renforcer la cohésion et l’unité nationale dans l’ensemble du pays, surtout dans le contexte d’insécurité transfrontalière sévissant dans le nord du pays.

En bref, c’est un challenge que doit relever le Cameroun afin de justifier d’emblée son label de havre de la paix, pays d’accueil et d’hospitalité, le tout réuni dans une Afrique en miniature. Tout porte à croire que le spectacle y sera bel et bien. Vivement le coup d’envoi !

Ahmad Abdoulaye

Candidat #3

Concours LE REPUBLICAIN

Magazine Hommage à la République

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :