- POLITIC

Justice :L’institution se dote de ressources nouvelles

Le Conseil national de la magistrature s’est réuni le 7 juin à Yaoundé. Le rapport général de la session annonce des changements majeurs dans le corps de la magistrature.

L’ordre du jour de la session du Conseil Supérieur de la Magistrature, aura tenu compte du contexte sociopolitique du Cameroun. Le mouvement d’humeur observé dans la partie anglophone du pays, ainsi que le renouvellement du personnel judiciaire étaient les principaux points des échanges.

Des changements profonds annoncés

 

 

De manière générale, sept points meublent le rapport 2017 du Conseil Supérieur de la Magistrature. La première articulation de la session 2017 était la prestation de serment de nouveaux membres non magistrats de l’institution. Ils intègrent le Conseil Supérieur de la Magistrature suite à un décret du 24 décembre 2014. Les avancements et promotions d’auditeurs de justice étaient également au programme. Il a été notamment question de l’intégration dans le corps de la magistrature de diplômés de l’Ecole Nationale d’Administration et de Magistrature (Enam). Ces derniers issus des promotions 2015, 2016 et 2017 étaient dans l’attente de leur première affectation administrative.

Dans le même ordre d’idée, le Conseil a procédé à l’établissement des tableaux d’avancement des magistrats de siège, pour les exercices 2015 et 2016. Plusieurs d’entre eux vont de ce fait changer de grade. Par la suite Le Conseil Supérieur de la Magistrature a procédé à la désignation d’un nouveau membre pour le Conseil Constitutionnel. Un magistrat d’expression anglaise a également été désigné comme nouveau Président de la Chambre judiciaire près la Cour Suprême.  Pour clore ce chapitre le conseil a procédé à des nominations de magistrat aux parquet, siège et Ministère de la Justice.

La session du 7 juin 2017 était également l’occasion de sanctionner de magistrats. Sept dossiers disciplinaires de magistrats de siège ont été examinés. L’on n’oublie pas le cas très attendu de Paul Ayah Abine, Avocat général auprès de la Cour Suprême. Ce dernier a été mis en retraite, lui qui est détenu depuis le 21 janvier 2017 dans les locaux du Secrétariat d’Etat à la Défense (Sed). Il lui est reproché son implication dans le mouvement d’humeur observé dans les Régions anglophones du Cameroun.

                                                                                                                                              ONE

Leave a Reply

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d bloggers like this: