POLITIQUE

Fête de l’Unité nationale : La Côte d’Ivoire à l’école camerounaise

Le Cameroun a reçu la visite au mois de mai, de membres du parlement et de journalistes ivoiriens. Ils venaient s’inspirer des méthodes camerounaises.

La Radiodiffusion-Télévision ivoirienne (Rti) va s’inspirer des méthodes de travail de la Cameroon Radio Television (Crtv). Six journalistes ivoiriens étaient au Cameroun du 8 au 12 mai. Leur séjour s’inscrivait dans le cadre de la libéralisation de l’audiovisuel en Côte d’Ivoire.

 

Des journalistes de la Rti ivoirienne en apprentissage à la Crtv

« Nous sommes là pour apprendre avant d’affronter la concurrence. La Rti est encore en situation de monopole au niveau de la télévision ». Les propos sont tenus par Delphine Gbla, Rédacteur en Chef de Rti, le média appartenant au Gouvernement ivoirien. La Côte d’Ivoire est à ce jour à mi-chemin du processus de libéralisation de sa presse audiovisuelle. Beaucoup de progrès sont encore à réaliser, surtout dans le domaine de la télévision. La libéralisation de ce secteur de la presse ne sera effective qu’à partir de l’année 2019. La presse camerounaise est donc un exemple de réussite pour la Côte d’Ivoire. La libéralisation de l’audiovisuel au Cameroun est un fait depuis l’année 2000. Elle est encadrée par le Décret 2000/158 du 3 avril 2000. Près d’une trentaine de chaines de Télévision sont en activité au Cameroun, dans un environnement des plus concurrentiels. Plusieurs dizaines de radio par contre émettent au Cameroun.

En Cote d’Ivoire le vent de la libéralisation n’a touché que le secteur de la radio, le 13 septembre 1995. Les premières stations de radio ont commencé à émettre en 1998. Aujourd’hui l’on en dénombre près d’une trentaine. Avec l’arrivée de chaines de télévision privées, une ère nouvelle va s’ouvrir. La conduite d’une chaîne de télévision dans un univers concurrentiel préoccupe en ce moment la Direction Générale de Rti. La chaîne gouvernementale a donc sollicité le Cameroun et la Crtv. Le moment  choisi pour la visite est d’autant plus important que le Cameroun est en plein dans les préparatifs de la fête de l’Unité nationale. A l’approche du 20 mai, la Crtv met en œuvre son dispositif des grands jours. Les journalistes ivoiriens ont donc eu selon Delphine Gbla, l’occasion « d’apprendre et de s’imprégner du  professionnalisme des camerounais ».

La presse ivoirienne n’est pas la seule à s’intéresser aux modèles camerounais. Pratiquement au même moment le président du Sénat, Marcel Niat Njifendji, recevait la visite du ministre ivoirien du Dialogue et des Relations avec les Institutions. Jeannot Ahoussou-Kouadio était au Cameroun pour s’imprégner des fonctionnement et organisation du Sénat. En la matière l’Etat camerounais est aussi en avance.

                                                                                                                                              ONE

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :