- INTERNATIONAL

Le Gouvernement burundais interdit le concubinage

Le concubinage est désormais interdit au Burundi

Pierre Nkurunziza, le président de la République du Burundi, va en croisade contre l’union libre.  Depuis le 1er mai 2017 le Gouvernement s’applique à mettre en oeuvre une campagne de moralisation de la société burundaise. Selon Terence Ntahijara,  porte parole du ministre de l’Intérieur et de la Formation Patriotique,  il faut y mettre un terme. De son avis «la démographie est galopante au Burundi. La population n’est pas consciente de cette problématique ». Et de poursuivre  «il y a des mariages illégaux. Des centaines de filles dans des écoles se font engrosser, et mettent au monde comme çà. Il y a aussi des deuxièmes, troisièmes femmes qui ne sont pas reconnues par la loi». 

L’union libre est récurrente au Burundi. 166 769 foyers dans cette situation ont d’ailleurs été identifiés. Les conséquences de cette situation sont dramatiques dans ce pays. Les femmes et les enfants en sont les principales victimes. Il n’est en effet pas rare qu’ils soient mis à la porte par la famille du concubin, après le décès de ce dernier.  Il est donc question pour le Gouvernement de préserver les intérêts de la femme et des enfants. En mai 2017, le Président de la République avait ainsi demandé aux couples en union libre de régulariser leur situation. Ils avaient jusqu’à la date du 31 janvier 2017 pour le faire. Les contrevenants à cette mesure s’exposent à des sanctions. Elles varient de la peine d’emprisonnement de de 3 mois, à une amende de 200 000 francs burundais. Pour le Chef de l’Etat il est question d’amener « les burundais à aimer leur pays» .

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :