Henri KONAN BEDIE

Henri KONAN BEDIE est un homme politique ivoirien. Il naît  le  à Daoukro, dans le centre-est de la Côte d’Ivoire. Il est le deuxième Président de la République de Côte d’Ivoire (1993 -1999).

 Biographie

Il naît en pays baoulé et fait ses études à l’Ecole Normale de Dabou. Il intègre plus tard l’université de Poitiers en France. Sur le plan professionnel Henri KONAN BEDIE fut ambassadeur aux États-Unis (1961-1966), ministre des Finances (1966-1977) et Président de l’Assemblée Nationale (1980-1993). Ce dernier poste lui vaut d’assurer l’intérim dès 1993, à la mort du Président de la République Félix HOUPHOUET-BOIGNY.

 Président de la République

Henri KONAN BEDIE accède à la magistrature suprême en 1993, à la faveur du décès du Président Félix HOUPHOUET-BOIGNY. Il assure donc la vacance présidentielle jusqu’en 1995 et se manifeste par son intense activité en faveur de la stabilité nationale. C’est ainsi qu’il met en exergue le concept d’ivoirité dès l’année 1994.

Président élu de la République

En 1995, il devient de plein droit Président de la République avec 96,44 % des suffrages aux élections présidentielles. Son mandat à la tête de l’Etat a été marqué par une crise majeure. Depuis les années 1980 en effet, le pays subissait les effets d’une crise économique. La situation économique s’était progressivement détériorée, malgré les programmes d’ajustement structurel et les réformes des années 1990 et 1993. L’on observe des signes de redressement économique avec le nouvel homme fort du pays, mais la tache reste immense. Afin de relancer la croissance, Henri KONAN BEDIE met en œuvre de vastes chantiers. Le pont Riviera-Marcory en fait partie. Ouvert au public en 1994, il relie les communes de Cocody et Macory à Abidjan. Ce faisant il offre un gain de temps aux usagers de la route. L’ouvrage permet d’autre part de désengorger les ponts Félix HOUPHOUET-BOIGNY (1957) et Général-De-Gaulle (1967).

Le Principe de l’ivoirité

Le Président met en exergue le principe de l’ivoirité, même s’il n’en porte pas la paternité. L’ivoirité est en effet évoquée pour la première fois en 1945 à Dakar par des étudiants ivoiriens. La question de la nationalité ivoirienne se posait alors, avec l’afflux d’immigrés Burkinabé, maliens et nigériens. Ces derniers étaient immanquablement attirés par l’eldorado ivoirien. Ils constituaient une main d’oeuvre abondante et bon marché pour les propriétaires ivoiriens d’exploitations agricoles. Lesdits immigrés étaient utiles dans la production de cultures de rente (cacao, café, hévéa…). Au fil des années ils avaient progressivement été intégrés au corps électoral ivoirien.

Henri KONAN BEDIE redonne pour sa part vie au principe de l’ivoirité en 1993. La production nationale connait à l’époque un fort ralentissement. En effet les prix des principaux produits ivoiriens (cacao, café…) chutent de manière drastique, tandis que les produits d’importation sont en inflation. La balance commerciale est déficitaire. Le principe de l’ivoirité trouve donc tout son sens puisqu’il est question d’inverser la tendance. Outre la crise économique le principe redéfinit et protège la nationalité ivoirienne. Est désormais considéré comme ivoirien tout individu dont les 4 grands parents sont nés au pays. Le principe sera dénaturé au point de devenir un motif d’exclusion sociale de nombreux nationaux. L’on parlera alors de méfiance identitaire et à une différence identitaire. Le Président est victime d’un coup d’État militaire le 24 décembre 1999. Le général Robert GUEI lui succède alors à la tête de la Côte d’Ivoire.


BEDIE lors d'un meeting politique
Henri KONAN BEDIE , leader duPDCI

Le Retour en Côte d’Ivoire

Après deux années d’exil à Paris, Henri KONAN BEDIE est de retour au pays. Il prend ainsi part au Forum de réconciliation nationale. En 2006 Henri KONAN BEDIE est investi par le PDCI-RDA à l’occasion des élections présidentielles. Le scrutin sera toutefois reporté à plusieurs reprises. Le 31 octobre 2010 il se présente aux élections présidentielles et obtient 25,2 %  des suffrages exprimés au terme du premier tour. Après avoir exigé un recomptage des voix, il appelle finalement à voter Alassane OUATTARA contre Laurent GBAGBO au second tour. Henri KONAN BEDIE est aujourd’hui membre de droit du Conseil Constitutionnel. La Constitution ivoirienne fait des anciens présidents de la République des membres de ladite structure.

 

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :