- BREVE

Journée mondiale de la femme. Biyouha donne le ton.

A l’occasion de la 34eme édition de la journée internationale de la femme, Naséri Paul Béa a choisi Biyouha comme lieu de lancement dans la région du centre Cameroun.

Ils lui ont déroulés le tapi rouge, parti à Biyouha pour le lancement de la journée mondial de la femme, le gouverneur représenté par son S.G a appelé toute le monde à se mobiliser pour la cause féminine. Lutter contre les coutumes rétrogrades et contre l’inégalité.  Une lutte contre l’inégalité à laquelle les femmes ne sont pas fatigué de lutter « Dieu ne se fatigue pas de pardonner, ce sont les Hommes qui se fatiguent de prier » l’adjointe au maire reprend une citation du Pape Francois comme pour dire que les femmes ne se fatiguent pas de lutter, ce sont les hommes qui se fatiguent des les écouter.

Il ne suffit pas d’écouter, encore faut il agir, dans son discours, la secrétaire générale de l’Association pour la lutte contre la pauvreté dans le Nyon Ekele  décrient les conditions de vie de la femme de ce département. Cette femme du Nyong Ekele que Mme Ngann appelle à plus de sérieux. Pour elle la fête du 8 mars ne se définie pas par l’achat d’un pagne et des trinques. Elle ne se définie pas par l’amour qu’on porte à son épouse si non le 14 février n’aurait pas de sens  « C’est la journée des droits de la femme, non celle de la fête de la femme » a-t-elle rappelé. Elle appelle ces femmes à plus de dynamisme. Le calme pendant son discours qui témoignait l’attention qu’elle a attirée s’est suivie d’applaudissement après son allocution. Comme quoi elles ont entendus la cloche qu’elle a sonnée.

Lancé ce 4 mars dans le Nyong Ekele à Biyouha, ce lieu a été choisie à la fois pour son positionnement à cheval entre la campagne et la ville, mais aussi et surtout pour la place de la femme rurale qui est majeure  dans l’encadrement de la famille et de la communauté. A cette occasion, Biyouha a sorti ses atouts. Des danseurs d’Assiko à un orchestre de pygmés, ça a été l’occasion de certains couples d’officialiser leurs statuts devant Dieu, les hommes, le maire et l’Etat. Les hommes et femmes de Biyouha se réveilleront certainement le lendemain prêt à s’aligner dans la  croisade contre les inégalités des sexes et s’arrimer à la nouvelle impulsion.

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :