- POLITIQUE

Le Gouvernement camerounais interdit les armes à feu

Paul Atanga Nji interdit la circulation des armes à feu

Le ministre  paul Atanga Nji de l’Administration Territoriale (minat), veut contrôler la circulation des armes à feu au Cameroun. Dans un communiqué publié le 4 avril 2018, il constate la circulation illicite des armes à feu de tous calibres, ainsi que leurs munitions. Selon le chef de Département ministériel, cette situation a atteint des proportions inquiétantes. Nombre de personnes en effet possèdent des armes à feu modernes ou de fabrication artisanale, sans autorisation préalable. Le nombre d’armes et de munitions en circulation est en effet supérieur à celui des autorisations accordées. Une menace réelle à l’ordre public !

La situation décrite est d’ailleurs en déphasage avec la loi 2016/015 du 14 décembre 2016, portant régime général des armes et munitions au Cameroun. Les acquisition, détention et port d’armes de chasse et de défense, obéissent en effet à des autorisations préalables du Minat. Le ministre voit dans les armuriers la cause principale de cette situation. Ils ne tiennent en réalité pas de manière systématique, des fichiers permettant de retracer toutes leurs opérations de vente et d’approvisionnement. Ce faisant, le Gouvernement manque d’informations sur l’identité des détenteurs d’armes, ainsi que leur lieu de résidence. Il n’a d’autre part aucune maîtrise des quantités d’armes à feu et de munitions disponibles sur l’étendue du territoire.

Le ministre Paul Atanga Nji prend 6 mesures pour remédier à cette situation. La première est l’interdiction de la vente des armes  de chasse et de protection dans 6 Régions du pays. Ce sont : l’Adamaoua, le Centre, le Littoral, le nord-Ouest, le Sud-Ouest et l’Ouest. Ceci pour une durée indéterminée. Cette mesure implique la fermeture des armureries dans lesdites Régions. Les responsables des points de vente d’armes à feu et de munitions doivent faire l’inventaire des stocks, et dresser une liste des commandes en cours. Paul Atanga Nji invite en outre les détenteurs d’armes à feu modernes ou artisanales ne disposant d’aucune autorisation, à se rapprocher des préfectures et Sous-Préfectures. Ils devront contre décharge y laisser leurs armes  à feu. Enfin les détenteurs d’une autorisation d’achat ou de port d’arme devront se faire identifier auprès des autorités administratives compétentes (Gouverneurs, Préfets et Sous-Préfets).

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :