Le musée, livre ouvert pour une culture vivante

jeu-concour-1-le-republicain

Le Cameroun est généralement présenté comme une Afrique en miniature. Les auteurs de cette assertion se basent sur le fait que, de par sa position géographique, le pays est depuis la préhistoire jusqu’à l’époque actuelle, la zone de rencontre de peuples venus d’Afrique de l’ouest, du centre, de l’est et du Sahara. Le brassage des populations aux modes de vie différents qui y vivent en est une illustration. Du Sud vers le Nord, il coexiste une association forêt – savane – sahel, et celle-ci influence les mœurs et coutumes des peuples qui y vivent depuis des millénaires. Le Révérend Père Engelbert MVENG, avait déclare que : « le Cameroun regorge de bien des vestiges de la présence ancienne de l’homme (…) les gravures rupestres du Nord-Cameroun, les urnes funéraires de la période Sao, les outils taillés et les pierres polies ».

L’occidentalisation, valeur reçue auprès des divers colonisateurs, a pris le dessus. Le retour aux sources ne fut pas ample tâche car plusieurs traditions, coutumes, objets d’arts ancestraux ont été détruits et résistent encore à cause des fables, contes et fouilles archéologiques.

Pour assurer une bonne sauvegarde et transmission de ces valeurs culturelles, l’État camerounais sous l’égide de l’UNESCO et de l’ICOM, a mis sur pieds la création des musées afin de protéger la culture en général et d’assurer en particulier la transmission de son patrimoine aux générations futures.

DU MUSÉE AU PATRIMOINE

De prime abord, un musée est un lieu dans lequel sont collectés, conservés et exposés des objets dans un souci d’enseignement et de culture. Le Conseil international des musées (ICOM) a élaboré une définition plus précise qui fait référence dans la communauté internationale : « Un musée est une institution permanente sans but lucratif au service de la société et de son développement ouverte au public, qui acquiert, conserve, étudie, expose et transmet le patrimoine matériel et immatériel de l’humanité et de son environnement à des fins d’études, d’éducation et de délectation. »

Le musée est un lieu par excellence pour la sauvegarde et la protection du patrimoine, pour une transmission assurée future. On acquiert des collections d’objets d’art prisés, on les expose afin que le public s’y renseigne et on les conserve. Ensuite, le patrimoine culturel fait appel à l’idée d’un héritage légué par les générations qui nous ont précédés, et que nous devons transmettre intact ou augmenté aux générations futures, ainsi qu’à la nécessité de constituer un patrimoine pour demain.

 

EN ROUTE POUR CONQUÉRIR MA CULTURE

Accessibles au public sans distinction, les musées au Cameroun invitent toute personne à connaitre ses origines. Ils présentent toujours dans leurs riches collections nos quatre ères culturelles. Une riche aventure qui permettra à nos enfants et à nous de se faire une idée de notre culture. On citera ici le Musée national à Yaoundé qui présente de très belles collections, le musée ethnographique de Fouda, le musée des bénédictins au Mont Fébé, le musée la blackitude (arts et traditions royaux). A Dschang le musée des civilisations par son imposante architecture nous pousse à entrer dans les chefferies le musée du palais royal Bamoun, le musée maritime de Douala pour ne que citer ceux là.

Cette culture, ce savoir est à la portée de tous et non seulement aux visiteurs, aux touristes. Essayons et nous pourrons mieux partager notre savoir culturelle tant a nos frères qu’aux étrangers. Le célèbre écrivain André Malraux a su le dire : «la culture ne s’hérite pas, elle se conquiert. » C’est à nous d’aller vers notre patrimoine culturel pour une bonne connaissance car un peuple sans culture est sans passé.

Madouce AMBASSA

Candidate #7

Concours Le Républicain

Magazine Hommage à la République

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :