Les athlètes indomptables à Rio : qu’est ce qui n’a pas marché ?

jeu-concour-1-le-republicain

Les Jeux Olympiques d’été 2016  tenus à Rio de Janeiro au Brésil étaient hauts en couleurs. Les diverses prestations des athlètes dans leurs disciplines respectives méritaient amplement les acclamations du public. A la fin de ces quatorze jours de compétitions, les Etats-Unis conservent leur premier rang coloré d’un total de 121 médailles dont 46 en or, suivis de la Grande-Bretagne qui a ramené 67 médailles dont 27 en or et  la Chine avec 70 médailles dont 26 en or.

Plus bas, nous retrouvons les champions d’Afrique qui ne sont nul autre que les Kényans qui ont su faire la joie de leurs compatriotes avec un  total de 13 médailles dont 6 en or. Pour tout amateur des sports olympiques, une seule  question se pose : qu’est-ce-qui n’a pas marché pour la team  vert-rouge-jaune ?

Le Cameroun ne s’est plus illustré sur le podium des Jeux Olympiques depuis bien des années. Au cours des années passées, le palmarès camerounais s’est rempli avec quelques médailles, sans compter ce que nous pouvons appeler aujourd’hui “l’âge d’or” que nous avons pu traverser grâce à une Françoise MBANGO formidable aux JO de Pékin en 2008, permettant aussi au Cameroun de détenir le record encore imbattu du triple saut en longueur. Bien des années plus tard, il est temps pour la nouvelle équipe de prendre la relève mais, un premier échec à Londres n’a pas empêché un second à Rio. Pourquoi cette équipe ne s’est-elle pas relevée ? Découvrons ensemble leur parcours sur les terres brésiliennes.

12 jours avant le lancement des jeux, les athlètes chargés de représenter le drapeau national, quittent le pays via l’aéroport international de Yaoundé-Nsimalen. Les athlètes ayant réussi à avoir leurs tickets pour Rio étaient :

  • Wilfried Seyi Ntsengue : boxeur 75 kg, porte étendard de l’équipe olympique du Cameroun, échouera à son second combat
  • Hassan Ndam Njikam : boxeur 81 kg  éliminé dès le premier combat
  • Simplice Fotsala : boxeur 49 kg éliminé dès le premier combat
  • SmaÏla Mahaman : boxeur 64 kg éliminé dès le premier combat
  • Auriol Dongmo : athlète au lancer de poids(f) qui atteint la finale
  • Petit David Minkoumba : haltérophile 94 kg éliminé dès le premier comba
  • Archangeline Fouodji : haltérophile 64 kg éliminé dès le premier combat
  • Hortense Mballa Atanga : judokate – 78kg
  • Ali Annabel Laura : lutteuse 75 kg qui loupa la médaille de bronze et fini 5eme.
  • Rebecca Muambo : lutteuse 48 kg éliminé dès le premier tour
  • Essombe Emilienne Tiako : lutteuse 53 kg éliminé dès le premier combat

Sans oublier l’équipe olympique de VolleyBall qui a fini 19ème en  remontant de 09 places, sans toutefois gagner de médaille. Les quelques camerounais qui eux aussi espéraient sûrement une médaille ont été déçus. Voici, après une brève enquête, les raisons justifiant cet “echec”:

  • Le manque d’encadrement des athlètes : la légèreté dans ce domaine engendre souvent chez l’athlète un manque de compréhension sur certaines bases ou notion de sa discipline, sans parler de l’aspect psychologique – notamment dans un contexte où l’athlète à lui seul joue le rôle de fan club, de coach, etc.
  • L’insuffisance du matériel : les athlètes ne peuvent pas se perfectionner afin d’avoir des techniques suffisantes pour la victoire.
  • Une faible représentation d’athlètes aux diverses disciplines olympiques : Contrairement à certains pays africains, le Cameroun dispose de très peu d’athlètes présents aux compétitions, ce qui est en fait une conséquence des causes récemment énumérées, mais qui devient aussi une cause d’échec.
  • Un faible intérêt de l’administration étatique sur les sports olympiques : ceci est marqué par le faible taux d’infrastructures sportives, de centres de formation et de perfectionnement, de propagande sur ladite matière. La preuve, que devient la construction du gymnase de Yaoundé-omnisport, gymnase qui aurait dû être opérationnel il ya bien longtemps de cela ?

Françoise MBANGO, lors de son interview accordée à la Cameroon Radio Television (CRTV), a mis particulièrement l’accent sur le manque d’encadrement des athlètes camerounais qui doit être sérieusement en compte.

Afin de promouvoir l’athlétisme au sein du territoire, le Président camerounais a promulgué la loi n° 2011\018 du 15 juillet 2011. Ces mesures n’ont toujours pas remédié au problème qui, d’années en années, risquera sûrement de tâcher le blason camerounais lors des compétitions olympiques.  Mais encore faudrait-il que les générations futures s’y intéressent afin de combler les vides laissés par les athlètes actuels.

Les populations du Cameroun pourront-elles encore rêver d’une médaille aux Jeux Olympiques ? Rêve impossible pour certains mais pour les optimistes, le meilleur reste encore à venir car personne ne sait de quoi est fait l’avenir. Rendez-vous donc dans quatre ans à TOKYO où, espérons-nous, nous pourrons voir  l’étendard  Vert-Rouge-Jaune se faire redorer.

Willy TCHIKAMEN NGANCHA

Candidat #4

Concours LE REPUBLICAIN

Magazine Hommage à la République

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :