- INTERNATIONAL

Les Etats-Unis quittent le Conseil des droits de l’homme des Nations unies

 Washington s’insurge contre les «parti pris» anti-Israël de l’organisation,  l’accusant en conséquence de faire des droits de l’homme «un sujet de moquerie».

 Les Etats-Unis ont annoncé ce mardi qu’ils quittaient le Conseil des droits de l’homme des Nations unies (CDH). C’est Nikki Haley, l’ambassadrice américaine à l’ONU, qui a fait l’annonce. Elle a justifié le retrait Américain par les « partis pris » anti-Israël de l’organisation. « Notre engagement ne nous permet pas de continuer à faire partie d’une organisation hypocrite » a martelé la diplomate américaine, qui par ailleurs accuse l’organisation « protéger des pays qui violent les droits de l’homme ». Une allusion aux nouveaux pays acceptés au sein du CDH dont l’Iran, le Venezuela, la RDC, qui doivent y siéger dès 2020. Une décision contestée par les états unis qui considèrent que ces Etats sont constamment en violation des droits de l’homme, sous le regard plutôt admirateur de l’institution. Toute chose qui, selon les USA, «  font des droits de l’homme un sujet de moquerie ».

Réactions

Parmi les réactions, les vifs regrets du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres, qui a déploré cette décision et « aurait préféré que les Etats-Unis restent au Conseil des droits de l’homme », a déclaré son porte-parole. L’organisation de défense des droits de l’homme Human Rights Watch (HRW), a vivement critiqué ce nouveau repli américain. Le retrait Américain du CDH n’est cependant pas une surprise. Lors de la création du CDH en 2006, George W. Bush a lors président Américain, avait refusé à son pays d’y siéger. Les Etats-Unis n’ont rejoint le Conseil qu’en 2009 sous la présidence de Barack Obama. Mais la politique séparatiste mise en place et appliquée depuis son accession à la magistrature suprême américaine par Donald Trump est sanctionnée par des retraits successifs des organisations mondiales. Après s’être retirés de l’Accord de Paris sur le climat et de celui sur le nucléaire iranien, les Etats-Unis de Donald Trump continuent  de rompre leurs liens avec le reste de la communauté internationale.

Le CDH, a pour mission de « superviser les situations de violations de droits de l’homme et d’émettre des recommandations », il compte 47 Etats élus à l’Assemblée générale pour un mandat de trois ans, avec une rotation obligatoire tous les deux mandats.

ESA

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :