- ECONOMIE

Lois des Finances 2018 : Des raisons de revoir à la hausse le budget de l’Etat

le budget révisionnel 2018 du Cameroun est en hausse, comparativement à celui de l'année précédente

Le parlement camerounais a adopté la loi des finances 2018. Le Sénat et l’Assemblée Nationale se sont tour à tour montrés favorables à une augmentation du budget.

Le Sénat a validé ce 13 décembre 2017, le projet de Loi des Finances 2018. Le budget réputé en hausse, s’élève donc en recettes et dépenses à 4513 milliards Cfa. 4 jours plus tôt l’Assemblée Nationale approuvait déjà le même projet de loi. La revue à la hausse du budget de l’Etat ne surprend guère, au vu de nombreux paramètres.

Le budget Prévisionnel 2018 est en augmentation de 140 milliards Cfa, comparativement à  celui de 2017. Une hausse de 3,10%, malgré les dépenses occasionnées par la guerre contre boko haram et la sécurisation de la Région de l’Est. Les dépenses consenties par le Cameroun sur le plan sécuritaire sont importantes. Toutefois elles sont réputées en baisse comparativement à l’année 2016. Le pays demeure cependant le 6ème plus gros importateur africain d’armes lourdes, selon l’Institut National pour la Paix de Stockholm (Sipri). Ces dépenses en armes sont de nature à laisser des marques profondes sur les finances de l’Etat. Tel n’est pas le cas du Cameroun. Il peut en effet compter sur 4 faits d’importance.

le budget révisionnel 2018 du Cameroun est en hausse, comparativement à celui de l'année précédente

le gaz naturel sera l’un des principaux leviers du Cameroun en 2018

Le premier est l’embellie observée dans le secteur des hydrocarbures. Les capacités du Cameroun en gaz naturel se décuplent en effet. La zone Douala-Kribi-Campo est très riche en gaz naturel. L’on parle d’ailleurs d’un gisement de 47 milliards de mètres cube. Il faut à cet effet évoquer le bon avancement du projet Floating Liquefied Natural Gaz (FLNG). Il prévoit la mise en place au large de Kribi,  d’une usine flottante de liquéfaction de gaz naturel. A ceci s’ajoute le cours du baril de pétrole qui est en hausse, malgré la baisse de la production nationale.

Le budget 2018 tient compte de 3 autres paramètres. Les recettes douanières et fiscales connaissent en effet une certaine amélioration depuis le premier semestre de l’année 2017. Au mois de mars 2017 en effet le montant des recettes était de 179 milliards Cfa, contre 176 milliards en 2016.  Un résultat rendu possible par  les mesures prises par la Direction Générale des Douanes. Ce sont notamment l’amélioration de la prise en charge des marchandises et la maximisation du recouvrement des taxes de douane. D’autre part l’Etat dans une politique de réduction de son train de vie, laquelle réduit à terme la dépense publique. L’on n’oublie pas l’apport du Fonds Monétaire International (Fmi), à travers le prêt de 390 milliards Cfa accordé dans le cadre de la Facilité Elargie de Crédit (Fec).

ONE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :