- SPORT

Marc Vivien foé : 15 ans déjà

Marc Vivien foé s’est éteint le 26 juin 2003 au stade de Lyon en France. 15 années plus tard, la mémoire collective se souvient de cette race rare de lion, courageux, endurant et patriote.

Les souvenirs des malheureux événements de cette soirée du 26 juin 2003 restent bien frais dans les mémoires des millions de téléspectateurs, qui pour la plupart n’avaient jamais vécu pareil événement en direct sur le petit écran. Nous somme en France ce 26 juin, la coupe des confédérations bat son plein et le Cameroun joue les demies finales de la coupe contre la Colombie. A la surprise générale, Marc-Vivien Foé, s’écroule à la 72 ème minute. Il est évacué et les secours s’organisent autour de lui.

Jeudi noir

C’est un jour très triste pour le football, la Fifa et pour la famille du joueur, c’est tout ce que nous pouvons dire pour le moment” précise le médecin officiel, avant d’ajouter : “Marc-Vivien Foé, victime d’un malaise, a été transporté au bloc médical du stade pour être placé en réanimation cardiaque pendant 45 minutes. Cela n’a pas été suffisant et il est décédé (…) Il est encore trop tôt pour déterminer les causes exactes de son décès. Il est vraisemblable qu’il sera procédé à une autopsie”.

De Lyon, où il s’est éteint, à Nkolo, son lieu de naissance, de Paris à Manchester (City) en passant par Lens, Yaoundé, ou Londres, le monde du football était en  larmes ce jeudi soir,  sous le maillot des Lions indomptables du Cameroun, avec lesquels  il comptait déjà 65 sélections, et qu’il est si brutalement obligé de quitter.

Causes du décès

Selon le Procureur de la république française, le footballeur camerounais Marc-Vivien Foé serait décédé d’une arythmie cardiaque due à plusieurs efforts énormes consentis par le footballeur durant une longue période. L’autopsie a en effet révélé que Marc-Vivien Foé souffrait d’une «  hypertrophie cardiaque congénitale du ventricule gauche et d’une hypertrophie du ventricule droit associée à une insuffisance de développement de la pointe du cœur ». Ces résultats, loin de faire l’unanimité ont plutôt généré un tolet dans lequel chacun venait verser toutes formes d’élucubrations.

Une blessure toujours ouverte

15 années sont passées, mais les milieux du football et le peuple camerounais gardent le triste souvenir de cette soirée du 26 juin 2003. De nombreuses personnes racontent encore dans les moindres détails, les larmes au coin de l’œil, ce qu’ils ont vécu ce soir la, devant le petit écran, preuve que la blessure résiste au temps, et la douleur reste vive. La principale raison de ce souvenir persistant est le calibre et la carrure du disparu. Un véritable roc, pouvant servir de repère à la jeunesse. Bosseur infatigable, de nombreux camerounais racontent ses débuts à Yaoundé «  on le croisait souvent sur la route du stade en omnisports, courant en plein midi, sous la chaleur » témoigne un habitant de Yaoundé.

le Palmarès

Son ascension ne surprendra personne par la suite il quitte le Canon Yaoundé, après avoir été sacré champion du Cameroun en 1993. A 17 ans, son père l’accompagne signer un contrat à l’AJA. Mais quelques temps après il se retrouve au racing club de Lens. C’est cependant en terre nordiste qu’il avait conquis son premier titre de champion de France, avant de partir pour West Ham, puis de revenir à Lyon, pour y gagner une Coupe de la Ligue en 2001 et un titre de champion de France en 2002. En tout, son palmarès est si éloquent que l’on ne peut que faire une révérence à sa lecture: 65 sélections sous le maillot du Cameroun,vainqueur de la Coupe d’Afrique des Nations 2002, Champion de France 1998 avec Lens et 2002, avec Lyon, vainqueur de la Coupe de Cameroun en 1993 (Canon Yaoundé),vainqueur de la Coupe de la Ligue en 2001 (Lyon), finaliste de la Coupe de France en 1998 (Lens)

Un bel exemple de courage, d’audace, d’endurance, de témérité et de patriotisme pour Marc Vivien Foé, qui du fond de sa tombe continue de parler aux jeunes Camerounais. Chapeau Marco !

Serge Effa

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :