Marchés Publics : Les entrepreneurs camerounais se remettent en question

L’Ordre National des Entrepreneurs du Cameroun (Onecam) veut améliorer la qualité des ouvrages publics.

Les tares les plus récurrentes des entrepreneurs camerounais sont : la qualité médiocre des ouvrages réalisés et les retards dans l’exécution des marchés. Ces faits sont suffisants pour jeter le discrédit sur la corporation, selon John Akere, le Président de l’Onecam.

Beaucoup de légèreté dans les ouvrages publics

Les causes des mauvaises performances des entrepreneurs sont internes et externes. L’Onecam incrimine dans un premier temps les entrepreneurs eux-mêmes. Il évoque de ce fait plusieurs fléaux : l’amateurisme, les entreprises fantômes, et la filouterie. Il devient donc urgent de reconstruire l’édifice et de réorganiser le secteur. L’Onecam s’y attelle depuis le mois de février 2017, à travers une campagne de sensibilisation à l’échelle nationale. Ladite campagne interpelle les bénéficiaires des marchés publics sur la délicatesse de leur mission. Des antennes régionales de l’Onecam sont d’autre part érigées. Les Centre, Littoral et Sud en ont récemment été pourvues.

L’autre responsable de la situation des entrepreneurs est le fait de charlatans, selon John Akere. Ces derniers ternissent en effet l’image des autres opérateurs du secteur par de piètres performances. La seconde mission des antennes régionales est justement de séparer les bons entrepreneurs des aventuriers. Outre l’organisation d’un séminaire et l’érection d’antennes régionales, l’Onecam s’engage à prendre deux autres mesures pour restaurer l’image des entrepreneurs. Ce sont : l’identification des entrepreneurs par la création d’un fichier, ainsi que la classification de ces derniers.

                                                                                                                                              ONE

Laisser un commentaire

%d blogueurs aiment cette page :