- SOCIETE

Réhabilitation de l’aéroport international de Douala : Bientôt le début de la deuxième phase.

La question de la réhabilitation des infrastructures de l’aéroport de Douala préoccupe le gouvernement, qui se propose de saisir un certain nombre de bailleurs de fonds. Mais l’avis de l’AFD est préalablement requis pour lancer les appels d’offre.

La polémique ne cesse d’enfler sur la fermeture de l’aéroport international de douala     pour état de délabrement avancé. Nos sources nous confirment cependant que l’aéroport reste bel et bien ouvert, que des expertises internationales sont descendues sur le terrain, et que le trafic habituel se  poursuit normalement. D’autres sources annoncent que le gouvernement camerounais prend la question très au sérieux. Le directeur général des ADC (l’entreprise  publique en charge de la gestion des aéroports camerounais) Thomas Owona Assoumou,  lui, annonce pour le matérialiser, le démarrage imminent des travaux de rénovation de cette infrastructure.  Il parle d’une deuxième phase de réhabilitation  qui concerne la  reconfiguration de l’aérogare passagers. « Au stade actuel, le dossier de consultation d’entreprises a été transmis à l’Agence française de développement pour l’obtention de son avis de non-objection, préalablement au lancement de l’appel d’offres international restreint, avant la fin du mois d’avril 2018.», affirme M. Owona Assoumou. En claire, le Cameroun restera suspendu  à l’avis de l’AFD pour la simple et bonne raison que l’AFD doit  au préalable évaluer le niveau des engagements financiers du Cameroun aux plans interne et externe, étant donnés ses récents engagements avec le FMI. Il est  à noter que la première composante de ce projet, a été réalisée en 2016. Elle concernait les chaussées aéronautiques. Toutes ces phases de travaux, explique le DG des ADC, sont financées par un prêt non souverain de 46 millions d’euros (environ 30 milliards FCFA), auprès de l’Agence française de développement. C’était en 2015.

Aéroport international de Douala: bientôt la suite des travaux.

Rappelons qu’en février dernier, l’Association des compagnies aériennes de Douala a adressé une correspondance, à Thomas Owona Assoumou. Dans ladite lettre, quinze compagnies aériennes (Air France, Turkish Airlines, South African Airways, Ethiopian Airlines, Royal Air Maroc, Asky, Rwandair…) se sont plaint de la mauvaise maintenance de l’infrastructure aéroportuaire. L’association a parlé « d’une saleté repoussante : peintures défraîchies, murs décrépits, toilettes infréquentables, faux plafonds sales ou manquants… » Le gouvernement a alors pris des mesures pour satisfaire en urgence ce besoin

Serge effa

 

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :