- INTERNATIONAL

Sommet Chine-Afrique : Le rendez-vous de l’espoir

Le sommet chine-Afrique s’ouvre ce 03 Septembre 2018 en terre chinoise. Un grand moment pour les pays africains qui rêvent tous de développement, sans pour autant disposer des moyens nécessaires pour réaliser leurs projets. Heureusement, la chine se présente comme un partenaire stratégique sur lequel ils peuvent compter.

53 dirigeants des pays Africains sont actuellement présents en terre chinoise. Ils assistent en acteurs privilégiés  à la grand messe économique sur laquelle sont fondés de nombreux espoirs des pays Africains. La chine se présente en effet comme le partenaire idéal, susceptible, de soutenir et booster ces économies fragiles. Heureusement, la chine a une oreille attentive à ces appels et des actions à mener en faveur des peuples Africains.

Partenaire efficace

Depuis 2015 en effet, et selon le Mofcom, le ministère du commerce de la chine, environ 3 milliards de dollars ont été investis chaque année, en direction des pays Africains. La Chine, mieux que tous les partenaires au développement, multiplie ses investissements sur le continent, dans la construction des infrastructures, l’octroi des crédits et la construction de grands parcs industriels. La chine a entrepris de développer une politique des échanges, quitte à délocaliser une partie de sa chaîne de production. Cette stratégie a été mise en avant par l’empire du milieu, en créant des zones économiques spéciales comme en  Éthiopie, dans le but de mieux servir les consommateurs africains et européens.

Les finances aussi

Mais en réalité, avec la chine, il ne s’agit pas uniquement du financement de projets, des questions d’industrialisation et de transferts de compétences, plusieurs État du continent sont au rendez-vous du Focac pour y solliciter de l’aide nécessaire au maintien  maintenir de l’équilibre de leurs finances publiques. Depuis vingt ans, l’Afrique a contracté près de 132 milliards de dollars de dettes auprès de la chine. Cet argent a permis à de nombreux pays tels l’Éthiopie, la Zambie ou le Cameroun à restructurer une partie des créances détenues par la Chine, d’où l’intérêt de chacun à aller plaider sa cause. D’aucuns ont besoin de la nécessaire médiation de Pékin pour obtenir de l’aide des bailleurs de fonds internationaux, d’autres, espèrent le rééchelonnement  de leur dette.

Critiques occidentales

 Cette presque- manne qui tombe de l’Orient, ne fait cependant pas que des émules. L’Europe autrefois grand donateur se fronce les soucis de ne plus voir grand monde venir toquer à sa porte. La ruée vers la chine suscite de vives critiques, formulées à la fois contre la chine et les pays Africains. Mais C’est un son de cloche que de nombreux Etats ne veulent pas écouter. Le néocolonialisme financier doit prendre fin, arguent les penseurs, qui encouragent même les Africains à se laisser séduire par l’empire du milieu qui offre des facilités jamais enregistrées depuis plusieurs décennies d’indépendance.

ESA

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :