INTERNATIONAL POLITIQUE

THOMAS SANKARA : L’IMMORTEL

Capitaine Sankara
« On peut tuer un homme mais pas ses idées. »

 

Les années sont passées mais l’ombre de Sankara plane encore sur le monde, sur le Burkina Faso. 31 ans après sa mort, Sankara vit encore dans le cœur des burkinabés et inspire autant qu’il le faisait quand il était président. La stèle à son hommage qui sera construite n’est que la face visible d’un iceberg d’amour et de respect que son peuple a pour lui « Nous ne noircirons pas davantage avec des propos tristes et amers. Tournons tous ensemble nos regards vers l’avenir avec confiance et sérénité. Cet espace constituera un environnement assaini et de créativité ouvert à tout homme épris de paix, de fraternité et d’amour d’où pourront être engagées des luttes pour des combats nobles et justes, présents et futurs » rappelle le colonel major Bernard Sanou, président du comité international mémorial Thomas Sankara.

Haute de huit mètres, la stèle sera composée d’une statue géante de cinq mètres, représentant le capitaine Thomas Sankara et autour de cette statue seront également gravées celles de ses douze autres compagnons assassinés. Elle sera construite où il a été assassiné cette après midi du 15 octobre 1987. Pour Abdoul Karim Sango, ministre burkinabè de la Culture, des arts et du tourisme, c’est un devoir que d’œuvrer à rendre hommage à Sankara « cette première pierre  ne doit pas ressembler à ces nombreux projets sans lendemain qui pullulent sur le continent. Sa réalisation exige un engagement de tous » ajoute-t-il.

Capitaine Sankara

Un engagement de tous comme Sankara a toujours souhaité de son peuple. Cet engagement que ce peuple a démontré un jeudi d’octobre 2014 en poussant Blaise Compaoré à sa démission. Une fois de plus, un slogan de Sankara a accompagné son peuple, a inspiré la jeunesse «  L’esclave qui n’est pas capable d’assumer sa révolte ne mérite pas que l’on s’apitoie sur son sort. Cet esclave répondra seul de son malheur s’il se fait des illusions sur la condescendance suspecte d’un maître qui prétend l’affranchir. Seule la lutte libère  ». Cette lutte qu’a livré Sankara toute sa vie.

31 ans après sa mort, Sankara reste vivant. Ses exploits sont racontés dans des livres, ses idées inspirent encore les jeunes « Thomas Sankara et l’Emergence de l’Afrique au 21ème siècle » publiait le Professeur Jean Emmanuel Pondi un 5 février 2016 à Yaoundé accompagné de Mariam Sankara. 31 après sa mort, Sankara demeure le grand qu’il a été et les huit mètres de hauteur de sa stèle qui sera construite matérialise assez sa grandeur et permettra à tous, de passer un moment sous l’ombre de Sankara, du moins, de ce qu’il en reste du Pan-africaniste.

Fadel Mohamed

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :