- INTERNATIONAL

THOMAS SANKARA : RÉVOLUTIONNAIRE FÉMINISTE

« La vraie émancipation de la femme, c’est celle qui responsabilise la femme »

Un 8 mars 1987 Thomas Sankara disait, « Camarades, il n’y a de révolution sociale véritable que lorsque la femme est libérée». Dans ce discours intitulé « La libération de la femme : une exigence du futur » Il emploie 309 fois le mot femme(s). Ce discours, vrai coup de gueule du capitaine Sankara appelle les femmes à assumer leurs rôles dans la société, à elles mêmes prendre les choses en main.  « Je m’en voudrais en tant qu’homme, en tant que fils, de conseiller et d’indiquer la voie à une femme. La prétention serait de vouloir conseiller sa mère. » Remarque t il dans le même discours.

Dans sa lutte féministe, Thomas Sankara ordonne aux hommes de faire le marché chaque 8 mars. Ceci dans le but de montrer aux hommes ce que vivent leurs épouses chaque jour. Un combat pour les femmes qu’il a porté jusqu’au Nations unies. « Je parle au nom des femmes du monde entier, qui souffrent d’un système d’exploitation imposé par les mâles. Pour ce qui nous concerne, nous sommes prêts à accueillir toutes les suggestions du monde entier, nous permettant de parvenir à l’épanouissement total de la femme burkinabè. En retour, nous donnons en partage à tous les pays, l’expérience positive que nous entreprenons avec des femmes désormais présentes à tous les échelons de l’appareil de l’État et de la vie sociale au Burkina Faso. » Souligne t il dans son discours du 4 octobre 1984 à la trente-neuvième session de l’Assemblée Générale des Nations-Unies.  Pour joindre la parole à l’acte, Sankara a nommé des femmes à des postes de responsabilité. De ministre des finances à ministre de la culture en passant par ministre du budget, de la santé, du tourisme etc. Il battait ainsi le record des régimes qui l’ont précédé avec 20 %  de femmes dans son gouvernement.  Un gouvernement qu’il a laissé avec 5 femmes à l’intérieur.

SANKARA

31 après sa mort, sa femme ne regrette pas l’avoir connu lui qui, dit elle était si agréable et convivial “Quand je suis revenue à la maison pour déjeuner, Thomas était en train de travailler à son bureau. Après, il est venu me chercher pour que je l’aide à mettre son discours au propre“. Se remémore la veuve de la dernière conversation qu’elle a eue avec son mari. 31 ans plus tard Thomas Sankara vit à travers ces femmes du Burkina Faso qui sont actives socialement. 31 ans plus tard, il y a des hommes qui perpétuent la vision féministe de Sankara, celle d’aller au  marché le 8 mars. 31 ans après sa mort, des femmes sont actives politiquement au point de vouloir être présidente.

Fadel Mohamed

 

 

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :