- INTERNATIONAL

Un sommet pour ressusciter le Lac Tchad

Un sommet sur le Lac Tchad au Nigéria

Il  faut trouver des solutions pour la sécurité et le développement durable des populations vivant autour du Lac Tchad. Telle est l’objet de la conférence qui se déroule du 26 au 28 février au Nigéria (Abuja). Le Lac Tchad qui était en 1960 l’un des plus vastes du monde, a perdu 90% de sa superficie. Il mesure environ 1 500 km² de nos jours. Plusieurs raisons expliquent en effet ce recul. Ce sont de manière générale la faible pluviosité et la densité des populations riveraines. La pratique de l’irrigation accentue toutefois le recul du Lac Tchad. En outre sa faible profondeur (7 mètres) le fragilise et le rend très dépendant des fluctuations saisonnières. Il n’est presque plus navigable.

Sauvegarder le Lac Tchad nécessite la : restauration des mares, la préservation des oasis et la promotion d’activités génératrices de revenus. A ceci s’ajoute la réhabilitation des corridors de migration de la faune. Cette dernière mesure concerne particulièrement les troupeaux d’éléphants. La préservation du Lac Tchad s’inscrit en réalité dans le projet BIOPALT (Biosphère et Patrimoine du Lac Tchad). Sa mise en œuvre a pour objectif la survie des 40 millions de personnes dépendantes du bassin. Le projet est financé en réalité par la Banque Africaine de Développement (BAD). Le bassin du Lac Tchad englobe plusieurs Etats (Cameroun, Niger, Nigéria, Tchad). Le Premier Ministre Philémon Yang y représente le Cameroun.

 

Laisser un commentaire

S'il vous plaît, attendez...

Abonnez-vous à notre newsletter

Voulez-vous être averti lorsque nos magazines sont publiés? Entrez votre adresse e-mail et nom ci-dessous pour être le premier à savoir.
%d blogueurs aiment cette page :